• VIDEO CLUB ESCAPADES / ARC EN CIEL (19/06/2009 )
  • ALBUM PHOTOS DE JEAN MI (15/06/2009 )

Ouest-France (V. Pacaud)

Plus de 600 personnes ont défilé dans les rues du centre-ville de Caen, samedi après-midi.



Photo Jean-Yves Desfoux

Le défilé de 600 personnes a largement éclairé le visage des promeneurs du centre-ville samedi après-midi.En revanche, malgré les apparences, ceux qui paradaient n'avaient pas toujours la tête à la fête.

« Fières de ne plus avoir honte ». Le panneau de Corinne interpelle au milieu de la foule colorée. Elle et son amie Laurence ont une quarantaine d'années. Ce défilé, elles ne l'auraient manqué pour rien au monde. « On est malheureusement toujours obligées de montrer qu'on existe. Se retrouver ici ensemble, c'est se donner de la force pour s'exprimer davantage. » Laurence acquiesce. « Moi, mon employeur m'a demandé de ne rien dire de mon homosexualité parce que je travaille avec des jeunes. » L'image de l'homo comme mauvais exemple n'a pas disparu. Toutes deux reconnaissent quand même que les mentalités changent, doucement mais sûrement. « Les jeunes homos d'aujourd'hui ont quand même plus de chance que nous, à leur âge ».

Plus loin, une jeune maman défile, ses deux fils à ses côtés. « C'est la première fois que je participe à la Gay pride. J'ai failli ne pas venir. J'ai toujours caché ma bisexualité. Finalement, être là me donne l'impression d'être plus libre. » Si elle a tenu à emmener ses petits, c'est pour montrer « qu'on n'est pas différent des hétéros. Nous aussi, on peut faire et élever des enfants ».

L'extravagance de certains déguisements étonne, voire dérange. Nicolas a 20 ans. Longue perruque noire, robe ultracourte, bas noirs, il clopine dans le défilé, juché sur des talons aiguilles. « Oui, ça fait mal. Mais je voulais montrer qu'on n'a pas besoin d'être une femme pour être aux côtés d'un homme. » Ce jeune homo dit souffrir de ne pas pouvoir prendre la main de son ami dans la rue. « Les gens trouvent ça choquant. Mais ce n'est pas le but. On fait surtout attention aux enfants. Ce ne sont pourtant pas les plus choqués. Ma petite-nièce de 4 ans, en nous voyant nous embrasser, en a juste déduit qu'on s'aimait. »

Sous les confettis, les fêlures de chacun disparaissent malgré tout. La musique reprend de plus en plus fort. Les promeneurs sortent des commerces. Les sourires s'élargissent sur le passage des chars. Pas de commentaires désagréables. L'heure est à la fête. Musique.

Virginie PACAUD.

Ouest-France

ALBUM DE GUYTOUNET

 
 

































Recherche

Derniers Commentaires

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Sauna ARC EN CIEL Caen

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus